Le froid sera-t-il au rendez-vous en ce début de mois de décembre ? Les températures clémentes de ce fin de mois de novembre sont certes agréables, mais aussi peu propices pour cette nouvelle animation de Quercy-Energies. En association avec le service Patrimoine de la Ville de Cahors et le service Logement de la communauté d'Agglomération du Grand Cahors, nous vous proposons de nous rejoindre pour une nouvelle "nuit de la thermographie " dans le centre ancien de la cité.

Cet atelier-promenade se déroulera vendredi 5 décembre, avec un rendez-vous à 20h à la salle Henri Martin de l'Hôtel de Ville de Cahors.

Le bâtiment en France représente 40% des dépenses énergétiques, essentiellement par le poste chauffage, et les défauts d’isolation. Avec des entrées d’air excessives, ils peuvent représenter jusqu’à la moitié de l’énergie consommée pour chauffer ces logements.

Mais, les constructions ne sont pas toutes égales face à la performance de leur enveloppe, et différents travaux (projet BATAN du Centre d'Etude Techniques de l'Equipement - CETE de l'Est...) ont mis en évidence des générations de construction : avant 1948, de 1948 à 1970, les années 80 et 90, puis à partir de 2000, les 3 dernières générations des dernières réglementations thermiques. Contrairement aux idées reçues, ces études ont constatés que des bâtiments conçus avant 1948 pouvaient avoir des performances bien supérieures à celles des générations 70, 80 voire 90, s'ils avaient été construits qualitativement avec les savoir-faire artisanaux. Ceci à partir des ressources locales dont disposaient les bâtisseurs de l'époque (cela se vérifie quand l'état actuel du bâti est représentatif de cette qualité originelle). Dans le cas des immeubles urbains, leurs mitoyennetés améliorent encore ce bilan en réduisant le nombre de faces soumises à ces pertes.

Ce patrimoine, qui a atteint un niveau empirique de performance thermique, n'est cependant pas uniforme, et certains de ces aménagements architecturaux historiques, comme par exemple les encorbellements du moyen-age présentent quelques faiblesses spécifiques, que la thermographie infra-rouge sait bien mettre en évidence.

Cette nouvelle soirée de déambulation, d'immeuble en immeuble permettra de visualiser ces caractéristiques, en passant en revue différentes générations d'aménagements dans un cadre patrimonial varié et valorisé, tel que l'est celui du centre ancien du vieux Cahors. La visualisation et la mesure du phénomène de la déperdition thermique, invisible à l’œil nu, sera l'occasion d'échanger sur les techniques employées pour améliorer l'enveloppe de ces bâtiments classés*.

Une première partie en salle présentera la démarche de Quercy Energies (Espace Info-Energie 46), et permettra d’appréhender les généralités de l’imagerie thermique, d’en comprendre les grands principes appliqués aux phénomènes de déperditions dans le bâtiment ancien (fuites du gros œuvre, ponts thermiques, traces d’humidité…). Une présentation par la Communauté d'Agglomération et la Ville de Cahors des programmes de l'OPAH RU (Opération Programmée de Amélioration  de l'Habitat en Rénovation Urbaine) et ENERPAT (contraction des termes "Énergie & Patrimoine") illustrera les enjeux de rénovation d'un centre ancien.

Cet outil technique de diagnostic doit permettre de comprendre et de définir des priorités d’action, et de trouver les travaux adaptés pour lutter contre ces déperditions (isolation, huisseries…).

Comment participer à cette animation ?

C'est très simple, il suffit de se rendre le vendredi 5 décembre à l'Hôtel de Ville de Cahors où se déroulera cette "promenade thermographique", le rendez-vous étant fixé à 20h à la salle Henri Martin.

Alors, n'oubliez pas vos bonnet, écharpe et gants !

* Quercy Energie remercie la CAPEB pour son aide technique